Bien incorporel

Valeur économique, souvent rencontrée à l’actif d’un bilan de société, donnée à des biens et/ou droits qui n’ont pas nécessairement de réalité ou de consistance mais qui tirent leur essence d’un raisonnement juridique qui leur confère une matérialité vénale. Exemple : le droit au bail (ou pas-de-porte), un site Internet marchand, une ligne téléphonique, une marque, un brevet d’invention …

Le bien incorporel s’oppose par nature au bien corporel qui est un bien palpable.