L’ETI, échelon clef de l’économie

La Fabrique de l’Industrie précise que la croissance des Entreprises de Taille Intermédiaire (ETI), situées entre les PME et les multinationales, « est un élément essentiel d’une stratégie de ré-industrialisation pour un pays comme la France ».

Or, notre pays ne compte qu’environ un millier d’ETI.

 

http://www.la-fabrique.fr/Evenement/1/les-entreprises-de-taille-intermediaire-eti-acteurs-de-la-re-industrialisation?utm_source=Lettre_juillet_2012&utm_medium=Lettre_juillet_2012&utm_campaign=Lettre_juillet_2012&utm_medium=email&utm_campaign=La+Lettre+de+La+Fabrique+de+l%5C%27industrie+-+…&utm_source=Site+V1&utm_term=Lire

 

A cet égard, rappelons que, dans le prolongement de l’effondrement du Bloc de l’Est, les Etats-Unis d’Amérique proclamaient en matière économique la victoire du libre-échangisme sur le socialisme d’état. La conséquence directe et quasi-immédiate a été l’extension du modèle capitaliste américain à l’ensemble de la planète.

 

Cependant, si cette loi du vainqueur s’est progressivement affirmée et répandue à la surface du globe, profitant notamment aux pays émergents à forte croissance, elle n’était pas la seule voie possible à l’époque. En effet, ce capitalisme financier de nature (ultra) libérale dont on constate les fruits à l’heure actuelle était encore concurrencé par une autre forme de capitalisme, dont on retrouve épisodiquement les vertus de nos jours, qui est un système économique édifié sur des PME familiales, en tout état de cause indépendantes, guidées non par les seules conditions financières, mais par des considérations plus rationnelles et réalistes que l’on nomme désormais Entreprise de Taille Intermédiaire (ETI). On parle aujourd’hui de « capitalisme tempéré » ou « modéré », mais les analystes parlent de « capitalisme rhénan » (car appliqué en Europe du Nord et en Allemagne) ou du modèle nippon par opposition au capitalisme anglo-saxon (Source : ALBERT Michel : Capitalisme contre capitalisme, Seuil coll. l’Histoire immédiate, Paris, 1991).

 

De toute évidence, la France a pour sa part tenté de trouver une voie médiane hybride entre modèle social et libéralisme. L’économie allemande ayant fait la démonstration de sa réussite, il semblerait que ce système inspire désormais certaines élites françaises.