Trafic d’influence n’est pas influence !

Nous ne le dirons sans doute jamais assez : l’IE est une matière noble constituée de pratiques licites, tandis que les barbouzeries et autres activités d’espionnage ou de trafic d’influence sont étrangères au sujet et en constituent malheureusement le côté obscur.

 

Il nous faut néanmoins nous attarder sur le rapport établi par Transparency International et récemment rendu public, traitant de la perception des états corrompus dans le monde http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/12/05/20002-20121205ARTFIG00385-lutte-contre-la-corruption-la-france-mal-classee.php

 

Cette étude classe la France au 22e rang mondial (rappel 2011 : 25e), ce qui n’est pas flatteur (et 9e rang européen !).

 

Cette analyse s’appuie sur des comportements assimilés au trafic d’influence tels que les attributions de marchés publics, décisions de la fonction publique, corruption d’agents publics …

Transparency juge ainsi sévèrement le manque d’outils de répression de tels actes.

 

Or, rappelons que le Code pénal sanctionne à cet égard, parmi d’autres :

 

désignation

texte

Faits réprimés

sanction

Corruption dite « active »

article 435-1 et suivants du Code pénal

Solliciter ou rémunérer l’acquisition de renseignements auprès d’une personne dépositaire de l’autorité publique

150.000 € et 10 ans d’emprisonnement

Trafic d’influence

(ou autrement appelé « corruption passive)

articles 432-11 et 433-1 du Code pénal

User de son influence en vue d’obtenir d’une autorité une décision favorable

150.000 € et 10 ans d’emprisonnement

 

Pour aller plus loin, nous invitons à lire (ou relire) le chapitre consacré au sujet dans le Manuel d’Intelligence Economique, sous la plume de notre confrère Bruno NUT http://www.amazon.fr/Manuel-dintelligence-%C3%A9conomique-Christian-Harbulot/dp/213059140X

 

 

Ne dit-on pas qu’une personne qui se prétend incorruptible est juste plus chère à acheter que les autres.

Enfin, et pour conclure, Talleyrand n’a-t-il pas la réputation d’avoir fait fortune en passant son temps à vendre ceux qui l’avaient acheté…