La SNCF emprunte des voies léonines

Saisie par le transporteur ferroviaire de fret de marchandises ECD, l’Autorité de la Concurrence (AdlC) a constaté que la SNCF se réservait la part du lion dans l’attribution des « sillons » à l’égard de ses concurrents, ne leur laissant que 30% des créneaux disponibles, quand bien même le transporteur historique n’utiliserait pas les plages qui lui sont dévolues.

 

Ce faisant, l’AdlC a estimé que la SNCF avait abusé de la position dominante et l’a condamnée à une amende de 61 millions d’euros.

 

L’Adlc a notamment relevé que, pour arriver à ses fins, la SNCF avait exploité à son profit des informations confidentielles stratégiques dont elle disposait en tant que gestionnaire des lignes.