Etat de la cyber-sécurité en France : des trous dans la raquette

En complément de notre post dédié à ce même sujet, ( http://demaisonrouge-avocat.com/2013/01/22/de-la-protection-de-l%e2%80%99entreprise-contre-les-atteintes-criminelles/ ), à lire l’entretien de LA TRIBUNE avec Nicolas ARPAGIAN, directeur de recherche à l’INHESJ (http://www.inhesj.fr/ ), lequel fait en substance le triste constat que nous partageons, à savoir qu’en matière numérique, il n’existe pas de forteresse inexpugnable.

 

Si cela ne signifie pas qu’il faut renoncer à mettre en place des systèmes de sécurité à bon escient, il n’en demeure pas moins que, selon Nicolas ARPAGIAN, tout au plus peuvent-ils limiter l’impact des atteintes.

 

Lire ici :

http://www.latribune.fr/technos-medias/informatique/20130227trib000751252/cyber-espionnage-l-enjeu-n-est-pas-d-empecher-100-des-attaques-mais-de-limiter-leur-impact.html

 

En matière juridique, rappelons que la Loi Godfrain (article 323-1 et suivants du Code pénal), depuis lors renforcée s’agissant des atteintes portées à ses systèmes gérés par l’Etat (http://demaisonrouge-avocat.com/2012/07/02/la-loi-godfrain-durcie-pour-les-atteintes-aux-systemes-d%e2%80%99information-de-l%e2%80%99etat/ ), sanctionne les actions informatiques illégitimes portées aux systèmes d’information (intrusion, modification).