Réseaux sociaux : on en dit trop !

Les « gazouillis », conversations à tous vents et autres journaux si peu intimes, sont de véritables livres ouverts à tous, sauf restriction, et envoient en conséquence nombre de signaux faibles informationnels à ceux que cela intéresse.

Une étude sur le revers de la médaille :
http://www.atlantico.fr/decryptage/comment-reseaux-sociaux-trahissent-et-comment-banques-justice-et-administrations-en-servent-plus-en-plus-erwan-nagard-956868.html