Atteinte au patrimoine immatériel de l’Iran

Nous avons toujours soutenu que si le patrimoine physique ou corporel (de même que l’économique réelle) conservait sa valeur économique intrinsèque, il convient désormais d’accepter de voir se juxtaposer – sans toutefois s’ignorer – comme en atteste le succès économique des GAFA (cf. blog ci-dessus) un véritable patrimoine immatériel doté d’une valeur certaine.

 

Nous avons déjà écrit à de multiples reprises sur cette conception du patrimoine informationnel : http://www.village-justice.com/articles/patrimoine-informationnel-fonds,7827.html

 

C’est en ce sens qu’une avocate israélienne envisage – afin d’obtenir le paiement de dommages et intérêts destinés à réparer financièrement les conséquences d’un attentat terroriste – de couper l’Iran du web.

 

A lire ici : http://www.lemonde.fr/pixels/article/2014/07/01/couper-l-iran-du-web-la-mission-impossible-d-une-avocate-israelienne_4448267_4408996.html

 

A noter cependant qu’une telle procédure, si elle est inédite, aura sans doute peu de succès. Elle peut néanmoins créer des voies de recours audacieuses dans un avenir proche. A méditer.