L’enjeu des data

Prolongement du débat transparence / secret, les data – sous leur forme de données numériques professionnelles ou personnelles compilées et analysées – sont désormais au cœur de la stratégie des acteurs économiques.

Il suffit de voir de quelle manière les nouveaux géants de l’économique numérique (Airbnb, Uber, tripadvisor, …) fondent leur puissance sur la collecte de données et la revente de contacts, sans investissement en biens corporels (Uber ne détient aucun véhicule de transport de personnes, de même que Airbnb ne possède aucun hôtel). L’économie virtuelle n’irriguerait-elle plus l’économie réelle ? S’agirait-il d’un économique développée hors sol ? Probablement pas mais un nouveau business model où le profit va à celui qui dispose de l’information pertinente.

 

En tout état de cause, entre Big data et Open data, les deux philosophies s’affrontent désormais plus que jamais, érigeant indéniablement les données collectées, analysée et restituées en valeur supérieure.

 

C’est d’ailleurs tout l’enjeu actuel de l’intelligence économique qui se veut un droit de l’information stratégique (et pas nécessairement un droit à l’information stratégique).

 

Deux cas récents illustrent ce propos :

 

- Déjà antérieurement convoitée et cible d’intérêts étrangers, GEMALTO a fait l’objet d’une révélation publique d’atteinte à ses cartes SIM. http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/02/25/01007-20150225ARTFIG00380-pirate-gemalto-reaffirme-la-securite-de-ses-cartes-sim.php Niant toutefois avoir fait l’objet d’une attaque massive, GEMALTO a reconnu avoir connu des actes de piratage en 2011 et a cru devoir réaffirmer la sécurité de ses produits. Ne s’agissait-il pas davantage en définitive d’une atteinte informationnelle destinée à jeter le doute sur les garanties offertes par ses systèmes ?

 

- « Des pirates informatiques ont mis la main sur des milliers de bilans médicaux et d’analyses sanguines sur Internet. Ces données médicales appartiennent au laboratoire de biologie médicale Labio situé dans le Sud de la France. Les hackers ont demandé une rançon de 20.000 euros contre la non-publication de ces informations ultra-confidentielles mais le laboratoire a refusé » http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/le-journal-de-7h30-le-laboratoire-de-biologie-medicale-labio-porte-plainte-pour-piratage-7777113235 ainsi que nous l’avons exposé au cours de nos dernières interventions, indépendamment des vols, fraudes au président, … un des risques émergents est précisément la neutralisation de données en vue d’exiger une rançon. La sécurité n’est désormais plus seulement celle des biens et des personnes, mais également celle des données pertinentes.