La cyber-sécurité, une nécessité vitale pour la Nation

En dépit des avancées technologiques manifestes, il est patent que tout système d’information demeure plus ou moins vulnérable. Toute forteresse, même digitale, n’est jamais inexpugnable.

 

La cyber-sécurité est donc plus que jamais une préoccupation des pouvoirs publics, même si l’époque soumise à la terreur meurtrière veut que la sécurité des biens et des personnes demeure privilégiée par rapport à la protection des informations.

 

A noter, l’adoption de la Directive UE 2016/1148 du 6 juillet 2016 adoptant un mode référentiel de sécurité des réseaux et systèmes d’informations http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=uriserv:OJ.L_.2016.194.01.0001.01.FRA&toc=OJ:L:2016:194:TOC

 

Dans le même esprit, en application de la Loi de programmation militaire (LPM), une première série d’arrêtés a été rendus en vue de déterminer les Opérateurs d’Importance Vitale (OIV), lesquels doivent se soumettre désormais à des règles de sécurité informatique drastiques. Le but recherché, avec le concours de l’ANSSI, est de protéger les sites et davantage encore les activités sensibles du potentiel économique et scientifique de la France en cas d’atteinte extérieure (voire intérieure au vu les temps actuels) et plus précisément assurer le bon fonctionnement des services essentiels en cas de crise http://www.ssi.gouv.fr/entreprise/protection-des-oiv/protection-des-oiv-en-france/

 

La règlementation adoptée le 1er juillet 2016 identifie 250 métiers susceptibles de répondre aux critères d’exigence retenus, en matière notamment de santé, eau, énergie et alimentation.