L’affirmation d’une Europe puissance en devenir ?

Ces dernières années, on avait plutôt assisté à une mainmise judiciaire des USA sur les entreprises européennes, soumises à des amendes substantielles, les fragilisant dans le cadre de la compétition économique à l’échelle mondiale. La dernière procédure engagée visant Airbus (http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/08/08/airbus-soupconne-de-corruption-par-londres_4979723_3234.html ).

 

Pour aller plus loin, nos analyses antérieures : https://www.cairn.info/revue-securite-globale-2017-1.htmhttp://synfie.fr/index.php/actualites/lettre-trimestrielle/finish/5-lettre/500-lettre-d-information-du-synfie-mars-2016

Et en vidéo : https://www.bing.com/videos/search?q=olivier+de+maison+rouge&&view=detail&mid=458E8E7A3D583601D2F7458E8E7A3D583601D2F7&FORM=VRDGAR

 

 

En tant que puissance économique majeure, l’Europe avait cependant timidement riposté. Depuis lors, elle a lancé une réflexion destinée à faire émerger une procédure de contrôle des investissements étrangers (http://www.latribune.fr/economie/international/bruxelles-veut-contrer-les-investissements-etrangers-chinois-surtout-en-europe-748840.html ).

 

De même, elle a tenté de répliquer sur le terrain fiscal contre les GAFA (http://www.lepoint.fr/politique/emmanuel-berretta/fiscalite-des-gafa-un-projet-mais-des-cafouillages-15-09-2017-2157296_1897.php ) là où la France, qui a pourtant une grand savoir-faire en matière fiscale (lol), n’a pas voulu dérouler tout l’arsenal dont elle dispose pourtant (http://www.liberation.fr/futurs/2017/08/09/geants-de-l-internet-les-armes-fiscales-que-bercy-ne-degaine-pas_1589139 ).