Guerre fantôme, après ALSTOM au tour d’AIRBUS

Sans devoir épiloguer sur les affaires frappant les fleurons industriels européens dont nos avons déjà largement fait écho et décrypté les engrenages juridiques https://www.youtube.com/watch?v=ESh3zdkmQdY il convient de prendre note que si Airbus est effectivement dans l’œil du cyclone, faisant l’objet d’enquêtes française et britannique, Les Echos nous apprennent que les Etats-Unis s’y intéressent également https://www-lesechos-fr.cdn.ampproject.org/c/s/www.lesechos.fr/amp/13/2154413.php

 

Dans le cas d’Asltom, on se souvient du fameux « décret Montebourg », visant les secteurs d’activité stratégique soumis à autorisation préalable de Bercy avant cession à des entreprises étrangères (qui en réalité préexistait et que nous avions pointé dans notre ouvrage de 2012 https://livre.fnac.com/a4631535/Olivier-de-Maison-Rouge-Le-droit-et-l-intelligence-economique ) qui pourrait inspirer l’Union européenne https://www.lesechos.fr/amp/99/2155399.php?__twitter_impression=true .

 

Pour sa part, interrogé par Le Figaro, Christian HARBULOT estime que les mesures sont encore insuffisantes.

 

Nous signalons à ce titre le lancement conjoint de nos 3 ouvrages sur la guerre économique, avec Christian HARBULOT et Nicolas MOINET, le 8 mars 2018 à Paris https://www.ege.fr/index.php/actualites/evenements/item/100eme-seminaire-de-l-ege-une-ecole-de-pensee-sur-la-guerre-economique.html